2011-01-18-Oboro-Jodoin037_plitherland

Rentrée hivernale 2011 partie 4

Samedi 15 janvier dernier, deux vernissages particulièrement réussis ont retenu mon attention. La scène des arts visuels de Montréal nous réserve, parfois, de l’émerveillement, mais souvent des déceptions. J’y reviendrai.

Tout d’abord, «The Space in Between» d’Annie Briard à la Galerie Joyce Yahouda. L’artiste y présente une animation réalisée, image par image, avec de la pâte à modelé. Cette vidéo – présentée sur un moniteur dont le boitier a été modifié pour être assorti à l’image sur l’écran – s’intègre au sein d’une installation. Celle-ci est composée d’accessoires qui ont servi au court métrage. Ce dispositif plonge le visiteur dans l’univers de ce conte urbain aux tournures fantastique. Ce travail, fort touchant, démontre les multiples talents de Briard.

Ensuite, «Tant de morts pour si peu» de Sophie Jodoin chez Oboro. L’artiste exhibait, il y a déjà quelques mois à Clark, de grandes oeuvres sur papier. Cependant, Jodoin s’exprime mieux dans le petit format. Son dessin, sobre et spectaculaire à la fois, s’avère vraiment efficace. Une projection et une boîte lumineuse ajoutent aussi une belle diversité à l’exposition. Une des meilleures présentée au 4001 rue Berri depuis cet automne.

Enfin, ce billet est peut-être trop généreux en compliments. Toutefois, quand la médiocrité est au rendez-vous, je souhaite vous en faire part. Quand le talent s’affirme, j’aime l’encenser. Des fois c’est à prendre, d’autre fois à laisser.

Annie Briard, « The Space in Between », 13 janvier au 12 février 2011, Galerie Joyce Yahouda, 372 rue Sainte-Catherine Ouest, espace 516, www.joyceyahoudagallery.com. Sophie Jodoin, « Tant de morts pour si peu », 15 janvier au 19 février 2011, Oboro, 4001 rue Berri, espace 301, www.oboro.net. Image 1 : photo Annie Briard. Image 2 : Sophie Jodoin, « Before », 2010, photo : Paul Litherland.

Laisser un commentaire